La prison Montluc à Lyon

Prison Montluc

Le projet de la prison militaire Montluc a été décidé en 1914, elle a été finalement construite en 1921. Avec la libération des prisonniers de guerre et la diminution de détenus militaire elle sera peu utilisée, en 1926 la prison est prêtée à la justice civile. La population carcérale civile diminue également dans les années 20 et 30, la prison ferme ses portes en 1932.

L’année 1939 marque le début de la seconde guerre mondiale, la prison militaire réouvre ses portes. En plus des prisonniers militaires, des insoumis et des espions, de nombreux militants communistes y sont incarcérés. En 1940, Lyon est situé en zone libre sous le régime de Vichy. La prison Montluc se trouve alors au cœur de la politique répressive violente mise en place par Pétain. Dès 1941, près de 400 personnes se trouvent dans cette prison prévue pour 127 détenus. En plus des communistes, on y trouve les premiers résistants, des membres de groupes interdits par le régime de Vichy, ainsi que des militaires.

En février 1943, après l’invasion de la zone libre par les nazis, la prison est entièrement réquisitionnée et administrée directement par Klaus Barbie. La prison est composée de 122 cellules, les cellules individuelles font 4m2, elles accueillent sous la direction des nazis jusqu’à 8 détenus. Les personnes incarcérées sont des Juifs, des résistants et opposants politiques, des otages, des réfractaires au STO. Montluc est un lieu de transit vers l’univers concentrationnaire nazi, c’est une première étape dans le processus de déshumanisation avec la surpopulation, les repas de plus en plus rare, pas de possibilité de se laver, la prolifération des insectes… Jusqu’à sa libération en août 1944 on estime entre 9000 et 10000 détenus, hommes et femmes, enfermés dans cette prison pour des durées plus ou moins longues, en attente de déportation ou de transfert.

En 1947 la prison est mise à disposition de l’administration pénitentiaire. En 1955 il est décidé que toutes les exécutions devant avoir lieu à Lyon auront lieu à Montluc. La prison joue également un rôle pendant la guerre d’Algérie, 11 algériens membres du FLN y seront exécutés entre 1960 et 1961. Jusqu’en 1982 la prison sera utilisée par le tribunal des forces armées : objecteurs de conscience, déserteurs, insoumis, antimilitaristes, réfractaires à la guerre d’Algérie…

Klaus Barbie y sera incarcéré quelques jours de manière symbolique en 1983.

La prison est définitivement fermée en 2009, et sera à ce moment là inscrite au titre des monuments historiques, puis transformée en mémorial.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s